FAQ  •  Search  •  Memberlist  •  Usergroups   •  Register  •  Profile  •  Log in to check your private messages  •  Log in


  

PAR AMOUR DES POUPEES

 Petitcollin, le baigneur de notre enfance. Histoire d'une fabrique de poupées et de jouets depuis 1860" Next topic
Previous topic
Post new topicReply to topic
Author Message
Helene
Administrateur

Offline

Joined: 11 Nov 2009
Posts: 14,130
Localisation: Loire (42)
Féminin Scorpion (23oct-21nov) 蛇 Serpent

PostPosted: Sun 10 Jan - 10:47 (2010) Reply with quoteBack to top

PublicitéSupprimer les publicités ?


CHAUVEAU, Elisabeth & LACROIX Yvan : "Petitcollin, le baigneur de notre enfance. Histoire d'une fabrique de poupées et de jouets depuis 1860"



Éditeur : Dauphin, Paris, France, 2006
Nombre de pages : 202 pages, 250 ill. couleur et N/B
Prix : 24.00 € / 157.43 F
ISBN : 978-2-7163-1331-5
GENCOD : 9782716313315


Résumé :


Ce livre retrace l'histoire de la société Petitcollin depuis 1860. C'est Nicolas Petitcollin qui, à cette période, installa son atelier à Etain pour fabriquer des peignes et des articles de coiffure. Rejoint ensuite par son neveu Gustave, et avec larrivée du celluloïd inventé en 1869, ils proposèrent des articles dans cette nouvelle matière en s'adjoignant les services d'un industriel, qui possédait alors à Etain une fabrique de baleines de corset. L'usine Petitcollin fut plusieurs fois détruite et rebâtie avant de devenir entre 1930 et 1960 le plus important fabricant français de poupées et de jouets en celluloïd. La poupée Petitcollin trouvera son apogée durant l'Entre-deux guerres (1924-1940) avec de nouvelles créations de poupées et de personnages moulés et dont le symbole est un baigneur nommé Petit Colin, toujours fabriqué à l'heure actuelle. Au début des années trente, Petitcollin deviendra le principal fournisseur des habilleurs de poupées folkloriques des régions de France, symboles des premiers départs en vacances. Après la Seconde Guerre mondiale, et avec l'arrivée des nouvelles matières plastiques et une production diversifiée, de nouveaux modèles de poupées et de jouets verront le jour. Le baigneur Petitcollin deviendra à cette période le jouet chéri de toute une génération. A partir de 1964, Petitcollin reprendra la fabrication des poupées de Modes & Travaux. Parallèlement, des modèles de poupées Petitcollin seront utilisés par des créateurs de mode, comme Jacques Esterel dans les années 1960, Jean Paul Gaultier et Christian Lacroix qui habillera le Petit Léo en 2004. La société Petitcollin est aujourd'hui la plus ancienne et la dernière fabrique française de poupées encore en activité. Elle continue à les produire à Etain. Ce livre est aussi une balade, à travers un siècle et demi d'histoire au milieu des poupées Petitcollin, illustrée de nombreux modèles avec 250 photos couleurs et N & B, ainsi que des photos d'archives.

A propos de l'auteur :


Née à Paris en 1946, Elisabeth Chauveau, titulaire d'une maîtrise d'histoire et d'une licence d'histoire de l'art, se passionne depuis son enfance pour les poupées. Membre du centre d'études et de recherches sur la poupée (CERP) dont elle a été aussi présidente, elle est l'auteur de nombreux articles sur le sujet et du livre de référence " Poupées et bébés en celluloïd (1881-1979) " paru chez le même éditeur. Yvan Lacroix est le directeur de l'entreprise Petitcollin. Natif du Jura - le berceau français du jouet - il a baigné dans ce monde depuis son enfance grâce à son environnement familial, tous professionnels dans l'industrie du jouet. Titulaire d'un DESS, il dirige avec passion cette entreprise qui allait disparaître en 1995 pour y redonner vie et symbole.

Extrait choisi :

Petitcollin, fabricant de peignes

C'est au milieu du XIXe siècle que Nicolas Petitcollin crée à Etain, un atelier de fabrication de peignes. Etain est un chef-lieu de canton au nord du département de la Meuse, situé à une vingtaine de kilomètres de Verdun. Conjointement à l'atelier d'Etain, son frère Eugène ouvre un atelier de peignes à Paris. À cette époque, pour fabriquer les peignes et articles de tabletterie, on utilisait essentiellement la corne, mais aussi le buis, l'écaillé, l'ivoire, le jais et l'ambre.
Nicolas Petitcollin avait une fille, Henriette, qui épousa son cousin, Gustave Petitcollin, le fils d'Eugène. C'est Gustave Petitcollin qui apparaît comme étant le véritable fondateur de la société Petitcollin. En 1895, cette dernière s'adjoignit la fabrique Hutin, située sur la route de Warcq à Etain et qui produisait des baleines de corset. La première société N. et G. Petitcollin fut créée le 24 janvier 1896 par Nicolas et son neveu Gustave. Le siège social est alors situé 20 boulevard Saint-Denis à Paris.
En 1900, les ateliers brûlèrent à la suite d'un violent orage et une nouvelle usine fut rapidement reconstruite. Celle-ci se situait à la sortie de la ville sur la route de Metz, sur un terrain cédé par la Veuve Hutin au lieu-dit "La Fontaine au Rupt". Gustave Petitcollin trouva, en la personne de Georges Hutin, un collaborateur particulièrement ouvert aux questions industrielles. C'est à cette même époque que l'on commença à travailler le celluloïd dans la région d'Étain. Nicolas et Gustave Petitcollin cherchèrent à utiliser ce nouveau composé qui pourrait avantageusement remplacer la corne, l'ivoire, l'écaillé et le jais. La société commença ainsi la transformation du celluloïd et acquis, à cet effet, un atelier à Monville, en Seine Maritime.


Membres qui possèdent ce livre et peuvent le consulter pour vous (contactez-les par MP) : Hélène, Wendy
Contenu Sponsorisé






PostPosted: Today at 13:02 (2019) Back to top

Display posts from previous:      
Post new topicReply to topic


 Jump to:   



Next topic
Previous topic

Portal | Index | Create my own forum | Free support forum | Free forums directory | Report a violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2019 phpBB Group :: StarPink Theme by StarDust
All times are GMT + 1 Hour